Chypre

Road trip à Chypre en hiver 

Fin janvier/début février 2017, c’est la (très) basse saison touristique à Chypre, ce qui nous permet de réserver un vol low-cost Charleroi-Larnaca pour 75€/personne, 1 valise de 15 kg incluse (une fois n’est pas coutume). Côté parking, on opte pour le P3, le moins cher des parkings de l’aéroport de Charleroi, mais aussi le plus éloigné, qui nécessite de prendre une navette (gratuite) pour arriver au terminal (distance = 2,5 km/temps de trajet annoncé = 10 min). Le parking annonce une navette toutes les 20 min. Attention, comme je le mentionne dans un autre article, voyez suffisamment large au niveau de l’horaire; ça vous évitera de débuter vos vacances dans le stress. Après 4 heures de vol, atterrissage à Larnaca, où nous récupérons directement notre voiture de location. On ne s’était absolument pas posé la question mais surprise: à Chypre, on roule à gauche! (ancienne colonie britannique oblige…)

Direction le Massif du Troodos, et plus particulièrement le hameau de Saittas (trajet = 1h10), où nous posons nos valises à l’hôtel Okella pour 2 nuits, petit-déj (tout à fait correct) inclus. On n’est qu’à 700 m d’altitude (alors que le Mont Olympe, qui culmine à 1.952 m, se trouve à 20 km seulement) mais punaise, il fait déjà vachement froid!!! La chambre est pourvue d’un bon chauffage, mais le carrelage est glacial (ce qui est plutôt positif l’été) et l’eau chaude se fait désirer. Mais apparemment, c’est partout pareil…

Le lendemain, on monte jusqu’à Troodos Square, dernière étape avant le Mont Olympe. Le gérant de l’hôtel nous avait dit que les chaînes n’étaient pas indispensables pour grimper dans la montagne, et on y est arrivé sans, mais certaines voitures sont resté coincées dans l’ascension! Il faut y aller lentement mais sûrement… Au sommet, paysages lapons: de la neige partout! On demande à un policier où se trouve l’office du tourisme pour pouvoir faire une petite rando. Il nous regarde un peu interloqué et nous fait gentiment remarquer qu’il y a plus d’1 m de neige! Les sentiers sont fermés, et l’office du tourisme aussi… Bon, effectivement, on commence à se rendre compte de l’énormité de la couche. Après une demi-chute, des boissons chaudes bien à propos au Troodos Hotel & Restaurant, et quelques géocaches, on réembarque pour l’ascension finale: le Mont Olympe.

 

On quitte ensuite les sommets enneigés des Troodos pour les eaux turquoise de la baie de Chrysochou, en passant par la réserve naturelle de la forêt de Paphos et ses ponts de montagne en pierre de l’époque vénitienne (1489-1571). Installation au Bay View Hotel Apartments, à Polis Chrysochous. Le lendemain, rando-géocaching au milieu des chèvres dans le Parc National de la Péninsule d’Akamas, l’une des régions les plus sauvages de l’île. Passage devant le Bain d’Aphrodite (qui n’avait absolument aucune allure!).

 

On quitte l’Akamas pour la ville de Paphos, capitale européenne de la culture 2017 (aux côtés de la ville danoise d’Aarhus), et ses stupéfiants sites archéologiques (périodes hellénistique, romaine et byzantine), inscrits au Patrimoine mondial UNESCO. Ouverts tous les jours, de 8h30 à 17h (hiver) ou 19h30 (été). Entrée: 2,50€ pour les Tombeaux des Rois; 4,50€ pour le parc archéologique (immanquable, surtout pour ses mosaïques).

 

Dernière ligne droite du voyage: trajet le long de la côte vers Larnaca, en passant par Pétra tou Romioú, le fameux Rocher d’Aphrodite, où serait née la déesse. On traverse également Akrotiri, base militaire britannique souveraine, sur le territoire de laquelle se trouvent le lac salé de Limassol, zone d’hivernage d’oiseaux migrateurs (on parle de 30.000 flamants roses), et le monastère « Saint-Nicolas des chats » (vous comprendrez vite pourquoi), l’un des deux plus anciens de l’île.

 

Installation à Voroklini, petit village surplombant sur la baie de Larnaca, à l’Antonis G. Hotel Apartments, dont le pub est assez sympa. Visite de la Mosquée de Umm Haram (Hala Sultan Tekke), du nom de la nourrice du Prophète Mahomet, sur les rives du Lac salé de Larnaca. Il s’agit du troisième ou quatrième (selon les sources) lieu le plus saint pour les Musulmans dans le monde. J’insiste avec la dernière énergie pour faire le tour du lac salé à pied. Erreur monumentale: le lac est en fait composé de 4 lacs, dont la surface totalise 2,2 km². Je vous laisse vous évaluer la longueur du périmètre… Résultat: on s’est épuisé à marcher dans la glaise (limite sables mouvants parfois) et on a niqué nos godasses… Bref, on a fait pitié aux flamants roses. Pour nous remettre du baume au cœur avant de quitter Chypre, repas pantagruélique à la chaleureuse Taverne Voreas (recommandée par le Petit Futé), à quelques mètres de notre hôtel.

23

 

Quelques considérations générales sur Chypre: 

  • Comme je l’ai dit, on roule à gauche à Chypre (y compris au Nord). Mais il y a l’euro! Décalage horaire: +1h par rapport à Bruxelles et Paris (GMT+2).
  • Chypre est l’île d’Aphrodite: la déesse est devenue un outil marketing mis à toutes les sauces.
  • Soleil garanti presque toute l’année! Et en hiver, on peut skier sur le Mont Olympe (avouez, c’est la classe!).
  • A goûter (et à rapporter): le fromage halloumi 🙂
  • Énormément de chats errants (ça me serre toujours autant le cœur; j’en ai même ramassé un encore chaud gisant au milieu de la rue…).
  • Très peu de touristes en hiver (dont 80% sont Russes -maîtrisant la conduite à gauche avec des fortunes diverses- et Britanniques). Le revers de la médaille, c’est qu’évidemment, de nombreux commerces et établissements sont fermés. A noter qu’à l’époque du boom économique, moult restaurants se sont dotés d’immenses salles pour pouvoir accueillir de grands groupes de touristes (russes). Mais la crise financière de 2013 est passée par là et ces salles nous ont paru désespérément vides…
  • On chauffe l’eau à l’énergie solaire (cuve + panneau photovoltaïque sur les toits). Donc s’il a fait nuageux plusieurs jours d’affilée (en particulier dans les montagnes), bonjour l’eau chaude… Et après une journée les pieds dans la neige, c’est quand même un bémol! 😐
  • Malheureusement, je n’ai aucune info sur la partie turque de l’île, ni sur la ligne verte, ni sur la capitale (Nicosie), car nous n’y sommes pas allés, faute de temps…

 

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s