Venise (11/2015)

De l’aéroport de Venise Marco Polo

Vols directs Bruxelles (Zaventem) – Venise (Marco Polo) avec Brussels Airlines

En sortant du hall des arrivées, prendre à gauche et suivre le passage couvert pendant 7 min jusqu’au dock. Là, embarquer sur le vaporetto Linea Aliguna ROSSA jusqu’à la place Saint-Marc (4ème arrêt), via Murano et le Lido. Tarif: 15€.

Ou prendre l’aérobus ATVO Air Terminal qui relie en 20 min l’aéroport de San Marco (porte B) à la piazzale Roma (terminal des bus), à l’est de la ville. Tarif: 8€ (15€ A/R). Billets en vente en ligne ou dans les automates situés dans le hall des arrivées ou juste à côté de l’arrêt de bus.

 

De l’aéroport de Trévise Canova

Vols directs Bruxelles-Charleroi – Trévise avec Ryanair

Prendre l’aérobus ATVO (ligne 351) qui relie l’aéroport de Trévise à la piazzale Roma à Venise (avec un arrêt à la gare de Mestre) en 1h10. Tarif: 12€ (22€ A/R). Billets en vente au guichet situé au rez-de-chaussée du hall des arrivées, à bord du bus ou en ligne.

Une fois à la piazzale Roma, continuez à pied si vous avez le temps, le sens de l’orientation et des bagages légers. Sinon, rapprochez-vous de votre hôtel en vaporetto. Billets (7,50€ valable 75 min) en vente aux guichets ACTV situés à votre gauche quand vous êtes dos à la piazzale. Demandez au préalable à votre hôtel quelle ligne prendre puis demandez au guichet où se situe votre embarcadère. (Il est également possible d’acheter des billets combinés aérobus+vaporetto.)

Les immanquables de la Sérénissime

  • déambuler à travers ruelles et canaux (évidemment!)
  • siroter un Spritz (né à Venise sous la domination autrichienne) en dégustant des cicchetti (les tapas vénitiens, à prononcer « tchikèti »)
  • découvrir les îles de la lagune: Murano (verrerie), Burano (maisons colorées des pêcheurs), San Michele (cimetière), sans oublier San Giorgio Maggiore, le Lido, la Giudecca,…
  • visiter le palais des Doges (entrée: 19€, donne accès à 3 autres musées) et traverser le pont des Soupirs
  • admirer la place Saint-Marc depuis les hauteurs de la basilique Saint-Marc et/ou du Campanile
  • emprunter le pont du Rialto
  • une promenade en gondole (80€ la 1/2 heure pour une gondole de 6 personnes; 100€ après 19h) ou – version plus économique – faire la traversée du Grand Canal en gondola-traghetto (2€, 7 points de passage le long du Grand Canal)

 

Venezia Unica City Pass 

100% modulable: rendez-vous sur le site veneziaunicat.it et sélectionnez tous les produits que vous souhaitez inclure dans votre pass (1 pass par personne):

  • transports: vaporetto, bus, navette aéroport, trajets en bateau vers les îles de la lagune, combinés
  • musées et églises: musées civiques de Venise (dont le Palais des Doges), églises de Venise (« Chorus pass »), autres (palais Ca’Foscari, musée d’histoire navale, etc.)
  • vous pouvez même y ajouter le parking à la piazzale Roma, l’utilisation des toilettes publiques et la connexion au wifi de la Ville!

Une fois votre choix opéré, vous payez en ligne et recevez un coupon par email. Imprimez-le et présentez-le pour visiter églises et musées. Quant aux transports, il suffit de se rendre à un guichet ou à un automate ACTV et d’y indiquer le code personnel de confirmation (PNR) qui figure sur le coupon. Une carte de transport vous sera alors remise. Le tout est bien détaillé dans la FAQ du site.

Le tourisme de masse à Venise

Venise est victime de son succès depuis une vingtaine d’années. Des centaines de paquebots déversent chaque jour des dizaines de milliers de touristes dans le centre historique de la Cité des Doges, qui ne compte même plus 60.000 résidents. De quoi déséquilibrer totalement l’économie de la ville! Vous vous rendrez vite compte que la plupart des édifices abritent qui une boutique de souvenirs, qui un bar ou un restaurant à touristes.

Vous pouvez vous désolidariser des nuisances du tourisme de masse qui affectent particulièrement Venise, par exemple en:

  • évitant de traverser toute la ville en traînant derrière soi une valise à roulettes qui tambourinent sur le pavé (c’est insupportable);
  • n’achetant pas de souvenirs dans des boutiques à bas prix (bonjour le made in China! Visitez la boutique La Pedrera pour du verre de Murano certifié authentique);
  • évitant les restaurants où le menu est disponible en 12 langues;
  • vous écartant de la place Saint-Marc au profit -notamment- du quartier du Dorsoduro;
  • suivant un Free walking tour organisé par l’Associazione 360 Gradi qui promeut le tourisme durable à Venise. Rendez-vous sur le Campo Santi Apostoli à 11h ou 15h30 pour une visite guidée de 2 heures et demie à travers la ville (c’est gratuit, pourboire à discrétion à la fin du tour). Réservation recommandée ici. Florilège d’anecdotes sur l’histoire de Venise et les habitudes des Vénitiens! Enfin, le plan de la ville donné par le guide est vraiment top, reprenant les musées, églises, mais aussi les lieux (boutiques, cafés, restos et même spots wifi gratuit) fréquentés et recommandés par les locaux!

 

Nos restos coup de cœur

  • Osteria alla Staffa (calle Ospedaletto 6398): petite salle + grande réputation = réservation indispensable!
  • Pizzeria-cicchetteria alla Strega (Barbaria de le Tole 6418): sympa, pas bien cher et où on entend parler italien. Fermé le lundi.
  • les pizzas à emporter un peu plus loin dans le prolongement de la rue (Calle del Cafetier 6477). Petite ambiance Bollywood 🙂
  • les restos et bars du Campo Santa Margherita dans le Dorsoduro, particulièrement l’Osteria alla Bifora.

 

A savoir

  • Les osterias n’ont pas une énorme capacité. Le weekend et même en basse saison, il vaut mieux y faire un saut à midi et réserver pour le soir (service à 19h et 21h).
  • Les consommations au bar coûtent moins cher qu’en salle. Faites attention, il y a normalement 2 tarifs bien distincts!
  • Les toilettes ne sont accessibles qu’aux clients. Si vous êtes pressé(e), entrez dans un café et commandez la consommation la moins chère au bar.
  • A l’heure de l’apéritif, testez l’ombra, autrement dit le petit verre de vin maison. Avec des cicchetti 🙂
  • A Venise, une place est une piazza un campo (hormis la piazza San Marco et la piazzale Roma), un palais est un palazzo Ca’ (diminutif de casa, excepté le Palazzo Ducale), la rue est une via calle, les quartiers sont des quartieri sestieri, etc. Vous remarquerez que le nom des rues ne correspond pas toujours aux indications de votre plan. En effet, certaines rues ont gardé leur nom vénitien (pour la petite histoire, le mot ghetto vient du vénitien et celui de Venise était donc le tout premier), sans compter la numérotation des bâtiments par sestiere.
  • Si vous êtes agoraphobe ou claustrophobe, évitez vraiment la haute saison! Les ruelles sont (très) étroites et peuvent vite donner un sentiment d’oppression. A noter aussi que les Vénitiens n’ont pas de jardin mais qu’ils ont des chiens: pas de crottes sur le pavé (les maîtres les ramassent) mais des pipis en veux-tu, en voilà!

 

Notre hôtel

Alloggi Barbaria **: bien situé dans le quartier de Castello: à 5-10 minutes de marche de la place Saint-Marc – mais au calme – et à 2 pas de l’arrêt de vaporetto Ospedale (ligne 5.1 depuis la piazzale Roma), face à l’île de San Michele. Patron charmant, très disponible, de bon conseil et parlant français (check-in avant 19h). Petit-déjeuner (simple) inclus et salle de bain privative (assez rare sur Venise). Excellent rapport qualité/prix! Petit supermarché au coin de la rue.

Publicités

Ancône (02/2015)

Ville portuaire sur la Côte adriatique au centre de l’Italie, Ancône est la capitale des Marches. Destination choisie par hasard en raison d’une super promo Ryanair pour le lancement de la ligne, qui fut vraiment une très bonne surprise! Et qui doit l’être encore plus avec une voiture pour s’aventurer dans l’arrière-pays, notamment dans le Parc régional naturel du Conero.

 

Y aller

Vols Bruxelles-Charleroi – Ancône (avec Ryanair). A l’aéroport des Marches, prendre l’Aerobus Raffaello jusqu’au centre-ville: piazzale Kennedy ou piazza Cavour (5€, billets à acheter à bord du bus, trajet = 30 min).

Attention pour le trajet de retour à l’aéroport: prévoir une option de secours car les horaires ne sont pas toujours respectés! (Notre bus n’est jamais passé et ça n’étonnait guère les locaux; on a dû retourner dare-dare à l’hôtel pour bénéficier du service de navette…)

 

A voir

  • le port
  • l’Arc de Trajan
  • la Cathédrale San Ciriaco (Duomo)
  • le Musée national archéologique des Marches
  • la piazza del Plebiscito
  • la Loge des Marchands
  • le monument aux morts de la Première Guerre mondiale (Monumento ai Caduti), au bout de la viale della Vittoria
  • l’Eglise Santa Maria
  • la Môle Vanvitelliana, aussi appelé le Lazaret (pentagone dans le port)
  • la plage du Passetto
  • etc.

Bon plan

Toujours le même et on ne s’en lasse pas: l’aperitivo. Concept: sorte de happy hour (19h-21h) au cours duquel on paie son verre un peu plus cher (7€-10€) pour profiter d’un buffet présenté sur le bar.

Aperitivo Ancône

Au restaurantpane e coperto (voir articles sur Turin et Florence).

Épicerie locale: la Bottega Re Formaggio (10, piazzale Kennedy), certifiée Slow food, avec déclinaison de parmesans rares et de tous âges. Coup de cœur pour le proprio, une délicieuse trouvaille! 🙂

E

 

Notre hôtel 

Ego Hotel ****: FA-BU-LEUX! Très bel hôtel, petit-déjeuner extra, espace wellness complet (hammam, sauna, jacuzzi, piscine à jets, matelas à eau, douches exotiques, salle de fitness) et confortable (eau, thé et essuies à volonté). Personnel charmant. Vue sur la mer et accès à la plage (pas très propre) via la gare pour un footing matinal.

G

Seul bémol: l’hôtel se trouve à 5 km du centre d’Ancône, juste en face de la petite gare de Torrette. A noter que l’Aerobus en provenance de l’aéroport y fait arrêt, mais n’oubliez pas de prévenir le chauffeur! (le nôtre nous avait oubliées, a bouclé son circuit comme prévu pour revenir ensuite nous déposer sur le parking de l’hôtel 🙂 ). Il est facile de rejoindre le centre-ville grâce aux nombreux bus qui passent par la via Flaminia mais, pour rappel, ne pas se fier aux horaires indiqués et, si possible, acheter un ticket dans un bar-tabac avant d’embarquer (le chauffeur en pénurie de tickets papier, c’est du vécu! mais qu’à cela ne tienne, on a pu monter quand même…). Ou encore, il y a le taxi.

Turin (08/2013)

Forte de 900.000 habitants, Turin est l’ancienne capitale de l’Italie unifiée, le chef-lieu du Piémont, entourée par les Alpes et traversée par le Pô, au nord-ouest de l’Italie. Les symboles de Turin sont: le bicerin (mélange de café, de cacao et de crème), le café Lavazza, la Juventus FC, Fiat, les chocolats gianduiotti, l’aperitivo, le Saint-Suaire, la Môle Antonelliana, le quotidien La Stampa, etc.

Juventus

Y aller

Vols Bruxelles-Charleroi – Turin (avec Ryanair). A l’aéroport de Turin Caselle, prendre le train jusqu’à la gare de Torino Dora GTT (3€, billets au guichet Ricevitoria dans le hall des arrivées, trajet = 19 min), située à 2,8 km du centre-ville

OU

prendre le service de bus SADEM vers le centre-ville (6,50€ à l’automate ou 7,50€ auprès du chauffeur, trajet ~ environ 45 min). Arrêt le plus proche du centre (1,2 km): Porta Nuova (gare et métro).

 

A voir

  • le ‘Pôle royal’, fermé le lundi: le Palais royal de Turin, l’Armurerie royale, la Galleria Sabauda, le Musée archéologique, la Bibliothèque royale, les Jardins royaux. Entrée: 12€. Gratuits le 1er dimanche du mois.
  • le Palais Madame. Entrée: 10€. Gratuit le 1er mercredi du mois, ainsi que pour les moins de 18 ans. Fermé le mardi.
  • le Musée égyptologique (le plus grand du monde après celui du Caire). Entrée: 13€ sur place / 15€ en ligne avec accès prioritaire. Fermé le lundi après-midi.
  • le Musée national du Risorgimento italien (unification italienne) dans le Palais Carignan. Entrée: 10€. Fermé le lundi.
  • la Môle Antonelliana: musée national du cinéma (10€), ascenseur panoramique (7€), billet combiné (14€). Fermé le mardi.
  • se promener sous les 16 km d’arcades de la ville et dans les rues pleines de Fiat 🙂
  • le stade et le musée de la Juventus (à 6 km du centre) et les boutiques officielles du club
  • le Musée de l’Automobile. Fermé le lundi après-midi et le mardi matin. Entrée: 12€. Au sud de la ville, arrêt de métro le plus proche: Lingotto.
  • le tout premier café Lavazza, fondé en 1895 (10 via San Tommaso), aussi restaurant
  • le château et le parc du Valentino
  • la Porte palatine
  • la Cathédrale, où se trouve le Saint-Suaire. Fermeture entre 12h30 et 15h.
  • la Basilique de Superga, sur la colline du même nom à 10 km de la ville, qui porte encore les stigmates du crash aérien qui a décimé le club du Torino FC le 4 mai 1949. Dôme: 3€. Crypte et appartements royaux: 5€. En été, fermé le mardi. En hiver, ouvert uniquement le weekend et jours fériés (mais tous les jours du 25/12 au 06/01). De la piazza Castello, prendre le bus 15 jusqu’à la gare Sassi. De là, prendre le tramway à crémaillère historique Tranvia a Dentera (aller-retour: 6€ en semaine, 9€ les weekends et jours fériés).
  • le cimetière monumental
  • l’Eglise San Lorenzo, la Basilique Maria Ausiliatrice, la Basilique du Corpus Domini, l’Eglise San Domenico, etc.
  • la Galleria Civica d’Arte Moderna e Contemporanea (GAM). Entrée: 10€. Fermé le lundi. Gratuit le 1er mardi du mois.
  • les maisons ouvrières des ouvriers de Fiat datant des années ’50 (du côté de la via Nizza, métro Lingotto)
  • Etc.

 

Torino+Piemonte Card

Pass valable 1, 2, 3, 5 ou 7 jours, avec ou sans accès aux transports publics. Donne droit à l’entrée gratuite ou réduite dans la plupart des attractions touristiques. Mode d’emploi ici. A acheter en ligne ou à l’Office du tourisme (gare de Porta Nuova et piazza Castello).

 

Piemonte Card

Bon plan

A Turin est né l’aperitivo. Concept: sorte de happy hour (19h-21h) au cours duquel on paie son verre un peu plus cher (7€-10€) car un buffet est présenté sur le bar. Les meilleures adresses sur la piazza Vittorio Veneto, les quartiers du Quadrilatère et de San Salvario.

aperitivo Turin

Dans le quartier de San Salvario, sur les rives du Pô, d’anciens entrepôts du XIXème siècle ont été reconvertis en bars, restaurants et discothèques: les Murazzi du Pô. Ambiance garantie!

Au restaurant: à signaler qu’en Italie (même à Rome, où cette pratique a pourtant été officiellement bannie), une mystérieuse majoration est automatiquement ajoutée à l’addition sous l’appellation pane e coperto (généralement 2-3€ par personne, en fonction des villes et des établissements, censée être indiquée sur le menu). Il ne s’agit toutefois pas d’un pourboire puisqu’elle est empochée par le patron.

Vers la mi-août, en raison de la période de vacances et de la canicule, les villes du nord de l’Italie situées à l’intérieur des terres ont tendance à être désertées par leurs habitants. L’inconvénient est qu’une partie des établissements et des commerces se retrouve fermée mais l’avantage est que les tarifs hôteliers sont en chute libre et qu’il y a relativement peu de touristes.

Notre hôtel 

Pacific Hotel Fortino ****: agréable, mais ne mérite quand même pas quatre étoiles. Situé dans un quartier un peu glauque et excentré au nord de la ville (à 2,2 km du centre).

 

 

Florence (08 et 12/2015)

Suggestion d’itinéraire: Bologne-Florence-Pise

Vols Bruxelles-Charleroi – Bologne (avec Ryanair). A l’aéroport de Bologne Marconi, prendre la navette Aerobus BLQ shuttle service (6€). Tickets à acheter dans les automates ou auprès du chauffeur. Descendre à la gare centrale (Stazione Bologna Centrale) = 4ème arrêt (durée ~ 20 min). Prendre le Frecciarossa (= TGV) pour Firenze S. M. Novella (à réserver sur Trenitalia, trajet ~ 40 min, àpd 9€ par personne).

Pour une étape à Bologne:

  • la Piazza Maggiore, la fontaine de Neptune, le Palazzo Re Enzo et la Basilique San Petronio
  • les Due Torri (accès au sommet de la Tour Asinelli pour 3€)
  • l’Université de Bologne: le Musée du Palazzo Poggi + le théâtre anatomique du XVIIème siècle dans le Palazzo dell’Archiginnasio
  • les personnages en terre cuite grandeur nature composant la Lamentation sur le Christ mort de Niccolò dell’Arca, à voir dans l’église Santa Maria della Vita
  • se promener sous les 40 km d’arcades de la ville
  • etc. etc.
  • un mot sur les fameux spaghetti à la bolognaise, qui sont une imposture! Ne fût-ce que parce que les spaghetti viennent de Naples. A Bologne, la spécialité est le ragù alla bolognese, servi avec des tagliatelles ou des lasagnes. Si vous voulez goûter à ce qui s’approcherait le plus d’un « vrai » spaghetti bolognaise, il vous faudra commander des spaghetti al ragù.
  • Nos hôtels à Bologne:
    • Nuovo Hotel del Porto ***, situé à mi-chemin entre la Piazza Maggiore et la gare centrale. Rmq: la salle du petit-déjeuner (inclus) est très petite.
    • Best Western Hotel Re Enzo ***, à l’ouest du centre-ville (près de la Porta San Felice).

 

Firenze Card

Principe: 72 musées, 72 heures, 72 euros, avec accès prioritaire (très utile en haute saison!). A commander ici et à récupérer dans l’un des points de collecte (ou l’y acheter directement), par exemple celui de Santa Maria Novella, face à la gare. Remarque: pour le complexe Dôme-Coupole-Baptistère-Campanile, il faut tout de même passer prendre le ticket combiné spécial aux guichets situés face à l’entrée du Baptistère. Pas d’accès prioritaire au Dôme mais la file est assez rapide. Attention, le Dôme est l’une des seuls édifices religieux de Florence où l’on ne vous prêtera pas de quoi vous couvrir les épaules et les jambes si nécessaire, donc même en plein été, prévoyez un châle/paréo ou bien achetez-en aux vendeuses à la sauvette asiatiques.

DSC09767

Les incontournables

La Gallerie des Offices (La Naissance de Vénus, de Botticelli) – La Gallerie de l’Académie (David, de Michel-Ange) – Le Palazzo Vecchio – Le Palazzo Pitti et les Jardins Boboli – La Chapelle Médicis – La Cathédrale Santa Maria Del Fiore (Dôme), le Baptistère et le Campanile – La Basilique Santa Croce – La Chapelle Brancacci – L’église et le Cloître San Lorenzo – Le Ponte Vecchio – Le Musée de San Marco – L’église Santa Maria Novella – Le Palazzo Médicis-Riccardi – La Synagogue – L’Officina Profumo-Farmaceutica di Santa Maria Novella – Le Marché central (un bon plan pour le déjeuner/dîner/souper! 🙂 ) – etc.

Nos hôtels à Florence

  • Hotel Bodoni **: simple, bien situé dans le quartier de Santa Croce
  • Hotel Pitti Palace al Ponte Vecchio ****: confortable et luxueux, idéalement situé au pied du Ponte Vecchio. Guettez les promos!

Bon plan

Dans la plupart des villes d’Italie du Nord: l’aperitivo. Concept: sorte de happy hour (19h-21h) au cours duquel on paie son verre un peu plus cher (7€-10€) pour avoir accès au buffet présenté sur le bar.

Testés et approuvés:

  • à Bologne: le bar du musée MAMbo
  • à Florence: Colle Bereto (face au Palais Strozzi) + ceux de la Piazza San Spirito
  • à Pise: Eleven Café (piazza Chiara Gambacorti)

 

Au restaurant: à signaler qu’en Italie (même à Rome, où cette pratique a pourtant été officiellement bannie), une mystérieuse taxe est automatiquement ajoutée à l’addition sous l’appellation pane e coperto (généralement 2-3€ par personne, en fonction des villes et des établissements, censé être indiqué sur le menu). Il ne s’agit toutefois pas d’un pourboire puisqu’elle est empochée par le patron, pas par le serveur.

Retour

A la gare de Santa Maria Novella, prendre le train pour Pisa Centrale (8,40€, trajet ~ 1h). Acheter le ticket aux automates et le composter dans la borne verte à l’entrée du quai (ressemblant à un défibrillateur). A la gare de Pise, prendre la navette PisaMover (2€) à l’arrière de la gare (derrière la voie 14, suivre les panneaux) pour l’aéroport de Pise. Vol Pise – Bruxelles-Charleroi (avec Ryanair).

En cas d’étape à Pise, consignes à bagages disponibles au bout de la voie 1. La Tour de Pise se situe à 20 min de marche de la gare. Notre hôtel à Pise: B&B Dei Cavalieri, tout près de la gare: appartement dans un immeuble résidentiel, la propriétaire italienne vit sur place et est assistée d’une gérante parlant anglais. Petit-déjeuner (inclus) gar-gan-tuesque!

Pise

 

Possibilités d’excursions en train

  • Depuis Bologne (gare centrale), trains directs pour Ferrare, Ravenne, Modène, etc.
  • Depuis Florence (gare de Santa Maria Novella), trains directs pour Sienne, Arezzo, Livourne, Lucques, etc.
  • Depuis Pise (gare centrale), trains directs pour Livourne, Lucques, La Spezia, etc.

Voir sur Trenitalia.

Lucques
Lucques
Sienne
Sienne